Sauver vos weekend de l’impro cata : Hello Marcel !

Aucune idée pour le prochain weekend ? comment concilier vos besoins et les envies de vos enfants ? faire une activité adaptée pour tous ? A force de se poser trop souvent la question, Marie-Anne Decaux et Sandrine Thery en ont fait un concept entrepreneurial : Hello Marcel, l’assistant conversationnel qui sauve vos weekends.

Pour Marie-Anne Decaux, entreprendre n’est pas une nouvelle vie que l’on s’invente à 40 ans, mais bien une vocation. Elle travaille pendant ses études, afin surtout de se donner des idées pour son avenir professionnel. Puis fonde sa première start-up à 22 ans avec un associé. Déjà son leitmotiv est « faire pour apprendre ». On est en 1998, internet n’est pas encore incontournable et l’entreprise s’intègre donc sur le créneau des services interactifs de la télévision numérique. Le marché est trop étroit, l’entreprise est liquidée en 2002. Au passage, Marie-Anne a appris à manager une équipe de 20 personnes.

Des expériences plurielles, un leitmotiv : l’innovation

Elle ne le sait pas encore, mais elle ne restera ensuite jamais aussi longtemps dans une même entreprise. Elle devient conseil freelance pour Canal et accompagne d’autres projets de start-up +, puis bascule dans les mobiles, notamment les achats de sonneries. L’entreprise dans laquelle elle œuvre est rachetée puis change de stratégie pour offrir des solutions SAS pour l’industrie musicale.

Marie-Anne découvre alors le désarroi de ce secteur, qui cherche des solutions pour se numériser. Son entreprise met en place des solutions pour l’accessibilité des répertoires, des stores de distribution, des extraits… au bout de 4 ans, celle-ci est revendu à Accenture. Une belle aventure selon Marie-Anne avec une transformation de l’intérieur à 360°, sur le business modèle, l’humain, la stratégie et la communication.

Elle est alors contactée par M6 pour la diversification digitale, en dehors des marques du groupe. Cela va de simples partenariats aux prises de participation dans des start-up, c’est alors qu’elle rencontre Sandrine Thery, sa future associée dans Hello Marcel ! Au bout de quatre ans, Marie-Anne se lasse.

Sandrine et Marie-Anne

Se centrer sur l’aventure entrepreneuriale

Elle se demande alors ce qui lui plaît vraiment et la réponse est évidente : remonter un projet entrepreneurial et retrouver l’univers des start-up. Elle échange alors avec Sandrine, qui se trouve dans la même phase qu’elle. Les deux jeunes femmes veulent se lancer dans un projet personnel. Elles échangent des idées. Le concept n’est pas la première  chose qui s’impose, mais leur envie de faire ensemble.

Elles veulent s’adresser aux parents, en B to C, partager leurs joies et leurs difficultés. Le marché ne leur semble pas déborder de services sympas et innovants. Elles veulent donc créer un nouveau service pour leur faciliter la vie au quotidien.

Du côté de la technologie, les jeunes femmes sont bien conscientes qu’une application ou un site consomment beaucoup de trésorerie pour s’installer dans le paysage. C’est le moment où Facebook ouvre Messenger aux chatbots, ces agents conversationnels qui permettent d’échanger avec les marques via une messagerie instantanée. Les deux jeunes femmes tiennent enfin leur outil technologique : un chatbot permettant d’accéder à l’information, un accès simple et un échange personnalisé. D’octobre 2016 à juin 2017, elles créent une première version du service et collectent les premiers retours d’utilisateurs.

 

Un personnage de chatbot à la rescousse des parents

Hello Marcel s’incarne ainsi dans un petit bonhomme vert aux oreilles pointues, en contraste volontaire avec la personnalité féminine des deux fondatrices pour séduire autant les papas que les mamans. En quelques questions, Hello Marcel propose à ses interlocuteurs les meilleures idées de sortie pour le weekend ou à tout moment. Rapidement, il gagne de nombreux utilisateurs, atteignant la barre des 30 000. La start-up, financée sur fonds propres et une petite levée de love money, reste frugale, veillant à sa qualité technique, à la bonne curation de l’offre de loisirs.

Reste à se fixer sur modèle économique, sachant que les chatbots se rémunèrent sur des sondages nouvelles génération ou des contenus de marques intégrés et. De son côté, l’emblématique, MylittleParis avec sa déclinaison MylittleKids a, entre autres, développé une offre d’organisation d’événements commandités par des marques. Quelle sera la voie d’Hello Marcel, les deux associées y réfléchissent encore, mais devront bientôt trouver la solution pour transformer le succès de fréquentation en succès commercial.

Ce qui est sûr, c’est que le cœur penche pour développer une offre spécifique du côté des sorties « green », pour aider les parents à reconnecter leurs enfants avec la nature, alors que toute l’évolution de notre société les en détache, notamment à cause du virtuel. En attendant, c’est bientôt le weekend, alors si vous n’avez toujours pas de plan pour occuper vos enfants, vous connaissez maintenant la solution : Hello Marcel !

Pour discuter avec Hello Marcel, c’est par ici : www.hellomarcel.fr/go

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *