Sarah Tondji : un job pour les jeunes

Trouver un job pour un jeune ? Trouver un jeune pour une entreprise ? L’affaire de quelques clics avec Job’N’ Roll. C’est le pari -en passe de réussir – de Sarah Tondji, fondatrice de la start-up qui met en relation offre et demande d’emploi des jeunes.

 

Sarah Tondji a créé Job’N’Roll à 22 ans. Parce que la valeur n’attend pas le nombre des années. Parce que Sarah ne supportait plus le mismatch entre les jeunes et les entreprises. Il faut dire que la conscience des mismatchs est particulièrement aigüe chez la jeune femme. Déjà élève de prépa en école de commerce, elle doutait de l’adaptation de ce système aux jeunes : s’enfermer dans un travail théorique acharné pendant deux à trois ans pour décrocher un concours, faire la fête pendant cinq ans, puis obtenir les meilleurs postes des entreprises les plus prestigieuses avec une rémunération élevée en échange d’un travail acharné ? Cela lui semblait fou, à tout le moins pour une génération qui veut d’abord se réaliser, Sarah la première.

Pour trouver sa véritable voie, il fallait changer d’orientation. Et comme pour Sarah, la vraie vie commence par le travail, la jeune femme a cumulé les études et les jobs étudiants. C’est cette expérience qui lui a fait réaliser ce fameux mismatch entre les entreprises et les jeunes. Et donc l’existence d’un marché potentiel. Ses amis ont confirmé son raisonnement : la rencontre ne se fait pas entre les entreprises qui cherchent à embaucher des jeunes et des jeunes qui cherchent à travailler.

Sarah a donc créé Job’N’Roll, une plateforme de mise en relation, forte de sa légitimité entrepreneuriale et générationnelle. Côté entreprise, cette fille d’entrepreneur sait de quoi elle parle, une bonne partie des exigences professionnelles du statut d’entrepreneur ayant infusé en elle pendant des années, grâce aux conseils de son père, aujourd’hui disparu. Allié à son raisonnement économique et à son niveau en mathématiques, son caractère lui donne une maturité étonnante pour ses 23 ans. Assez pour convaincre les entreprises qu’elle est la bonne personne pour les aider à trouver leurs futurs jeunes employés.

D’autant plus que sa jeunesse lui permet de maîtriser les centres d’intérêts et les codes comportementaux de sa génération et de créer une plateforme à laquelle de nombreux jeunes ne cessent de s’inscrire. Relayée par une page Facebook fréquentée, le site de Job’N’Roll voit sa fréquentation s’envoler, avec 30 000 visiteurs lors des trois premiers mois, suivis d’une croissance exponentielle.

A seulement 23 ans, Sarah Tondji a analysé le business model de nombreuses start-up dont l’offre de valeur réside dans de nouvelles formes d’intermédiation. Elle a choisi un marché réputé difficile, celui de l’emploi des jeunes, qui s’avère être celui que sa courte expérience maîtrise le mieux. La voilà entrepreneuse, à la tête d’une entreprise au démarrage réussi. L’exemple même de la rationalité appliquée à la création d’entreprise.

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *